Blockchain bitcoin : comment fonctionne la technologie chaine de blocs derrière les cryptomonnaies ?

Vous avez très certainement déjà entendu parler de bitcoin, notamment après ses frasques en bourses lors de l’année 2017. Si certains ont prédit la fin de la cryptomonnaie après sa chute en bourse, nombreuses sont les personnes qui y croient encore, d’ailleurs, tous les indicateurs semblent être au vert pour l’année 2019. Certes, les prix du bitcoin ne s’envolent plus, mais cela ne signifie pas que la fameuse monnaie virtuelle ait totalement disparu des radars. Car la technologie derrière le bitcoin, la blockchain, elle, est toujours bien présente !

Le bitcoin est donc toujours bien présent, et on peut d’ailleurs s’en servir dans de nombreux domaines aujourd’hui. Il n’est donc pas trop tard pour s’y mettre ! Ce qu’il faut savoir, c’est que lorsque l’on parle de bitcoin, on fait à la fois référence à la monnaie, et à la technologie qui a permis son apparition: la blockchain. Qu’est-ce donc que la blockchain pour le bitcoin ? C’est ce que nous allons voir aujourd’hui.

À lire également : Affaire Mt. Gox : Mark Karpelès s’en tire sans prison ferme

Qu’est-ce que le bitcoin ?

Blockchain Bitcoin

Tout d’abord, un petit rappel sur le bitcoin s’impose. Le bitcoin est une monnaie virtuelle, qui n’existe pas en tant que monnaie fiduciaire, c’est-à-dire qu’il n’existe pas à l’heure actuelle de billets et de pièces de bitcoin.

Le bitcoin, c’est également une monnaie qui n’est pas gérée par une institution financière quelconque. Et c’est là l’un des aspects les plus révolutionnaires de cette monnaie. Il n’y a aucun gouvernement, aucune banque centrale, aucune institution qui gère cette monnaie.

Jusqu’à présent, il a principalement été utilisé à des fins de spéculation et peine encore aujourd’hui à séduire les investisseurs américains. Pourtant, c’est ainsi que de nombreuses personnes se sont retrouvées millionnaires du jour au lendemain !

Comment s’en procurer ? Pour obtenir des bitcoins, vous avez trois options :

Dans tous les cas, il vous faudra un portefeuille virtuel afin de détenir ces bitcoins. Vous pourrez à l’aide de ce dernier acheter des bitcoins et les revendre à votre guise. Il existe également la possibilité de réaliser ses achats directement en bitcoin sur certains sites.

Qu’est-ce que le minage de bitcoin ?

Les mineurs de bitcoins sont tous les utilisateurs qui mettent à disposition du réseau bitcoin la puissance de calcul de leur ordinateur. Ce sont eux qui vérifient chacune des transactions effectuées en bitcoin, et sont pour cela récompensés en bitcoin. C’est ainsi que de nouveaux bitcoins sont mis en circulation et donc que le stock disponible augmente.

Mais il faut savoir que ce n’est pas si facile que ça, et c’est d’ailleurs de plus en plus difficile. Ainsi, il existe une somme maximum de bitcoins qu’il est possible de créer. Lorsque nous auront atteint les 21 millions de bitcoins en circulation, il ne sera tout simplement plus possible d’en créer de nouveaux.

De plus, plus nous avons de bitcoins en circulation, plus leur minage devient difficile. La production a donc déjà fort ralenti, et on estime que dès 2033, la quasi-totalité du stock devrait être en circulation. La mise en circulation de nouveaux bitcoins est donc de plus en plus lente, jusqu’à atteindre le stock maximal.

Qu’est-ce que la blockchain chez bitcoin ?

chaîne de bloc

La blockchain signifie littéralement chaîne de blocs. Il s’agit de la technologie qui permet la création et l’usage de vos bitcoins.

Il s’agit en bref d’une sorte de grand livre des comptes. Chaque transaction effectuée est inscrite sur la blockchain de bitcoin. C’est donc une base de données. Elle est publique, donc consultable par tous, et mise à jour en temps réel. En plus, elle est quasiment infalsifiable.

Que sont les blocs ?

À chaque fois que vous souhaitez effectuer une opération avec vos bitcoins, celle-ci est mise en attente de vérification. Il s’agit ici de vérifier que vous avez bien le solde nécessaire pour procéder à l’opération. Il s’agit également de vérifier votre identité.

Une fois votre transaction vérifiée, elle est ajoutée à un « pending pool », qui est en attente de s’intégrer à un bloc, ou en d’autres termes, une liste de transactions en attente.

Toutes les transactions effectuées par les utilisateurs dans les dernières minutes sont regroupées en blocs. Chaque transaction est partagée au réseau, puis intégrée à un bloc.

Qui procède à la vérification ?

Ce sont les mineurs, mis en concurrence afin de recevoir le droit de rajouter un bloc à la chaîne. Le mineur qui gagne, reçoit un certain nombre de bitcoins en récompense. Ainsi, tous les mineurs vérifient toutes les transactions en attendant que soit désigné le vainqueur qui pourra rajouter le bloc à la chaîne et ainsi être récompensé.

Comment se déroule la vérification ?

Un mineur ou groupe de mineurs qui souhaite rajouter un bloc à la chaîne va sélectionner une partie des transactions en attente pour l’insérer dans un bloc. Il faut savoir qu’il existe une limite au nombre de transactions que l’on peut intégrer dans un bloc : chez Bitcoin, la taille limite d’un bloc est de 1 Mo.

Chacun des mineurs peut donc tenter d’intégrer un bloc contenant différentes transactions. Comment peut-il alors valider le bloc qu’il a créé ? En étant le premier à apporter ce que l’on appelle une « preuve de travail ». En effet, il ne suffit pas d’être le premier à créer un bloc, il y a de la compétition entre chaque mineur, ou noeud du réseau pour réussir à intégrer son bloc. De plus, on ne peut intégrer les blocs qu’un par un.

Qu’est-ce que la preuve de travail ?

Il s’agit d’un problème mathématique complexe. Bien sûr, il ne s’agit pas de résoudre ces problèmes à la main. Il faut donc mettre la puissance de calcul de son ordinateur au service de cette tâche. Cette équation mathématique contient invariablement l’empreinte du bloc précédent ainsi que les informations des transactions contenues dans le bloc. Pour la résoudre, il faudra tester toutes les possibilités jusqu’à tomber sur la bonne.

Que se passe-t-il lorsqu’un mineur trouve la solution ?

cryptomonnaie

Dans ce cas, la solution est communiquée à l’ensemble du réseau bitcoin, et validée par les autres membres. Ensuite, le bloc peut être ajouté à la chaîne. La blockchain dans son intégralité est donc mise à jour avec les informations du nouveau bloc.

Ensuite, tout recommence à zéro avec de nouveaux blocs.

Comment garantir l’intégrité du réseau ?

Chaque bloc est donc mis bout à bout et le tout finit par former une chaîne. Chaque bloc contient une empreinte alphanumérique unique. Ainsi, un changement même infime dans l’une des données de départ provoquerait le changement de cette empreinte digitale. Chaque nouveau bloc contient l’empreinte du bloc précédent, et c’est ce qui fait la sécurité du système. Car l’empreinte du bloc présent dépend donc de l’empreinte du bloc précédent.

Pour modifier une donnée, il faudrait donc modifier l’empreinte du bloc en question, mais également de tous ceux qui viennent ensuite. Seulement lorsque vous aurez terminé de modifier l’empreinte de votre bloc, il est probable que de nombreux blocs se soient rajoutés à la suite, c’est donc quasiment impossible à réaliser.

Qui peut miner ?

A priori, tout le monde. Vous songez vous y mettre ? La validation d’un bloc peut effectivement rapporter vraiment gros. Cependant, il faut savoir qu’il existe ce que l’on appelle des fermes à bitcoin ! Ce sont des dizaines d’ordinateurs qui tournent 24h/24 pour miner du bitcoin. Il y a également des « pools » de mineurs qui regroupent leur puissance de calcul.

Donc, autant vous le dire, si vous souhaitez vous y mettre seul avec votre ordinateur, quand bien même il serait puissant, cela risque d’être une entreprise qui vous coûtera plus qu’elle ne vous rapporte ! Le meilleur moyen de générer un revenu est encore de s’allier à d’autres mineurs et de mettre en commun le travail. Certes, la somme sera divisée, mais cela peut toutefois rester une activité lucrative.

À l’origine, il était possible de miner du bitcoin avec un simple ordinateur. Mais comme la preuve de travail est de plus en plus difficile, il faut en permanence du matériel plus sophistiqué pour parvenir à résoudre les équations.

Conclusion

monnaie virtuelle

Si beaucoup de personnes annoncent la mort de bitcoin depuis quelques années, tout le monde s’accorde pour dire que la technologie de la blockchain est une vraie innovation. Cette technologie permet à l‘information de ne pas à avoir être stockée sur un seul serveur central. En effet, l’information est hébergée par plusieurs utilisateurs. C’est donc totalement décentralisé et aucun intermédiaire ne vient empêcher tout un chacun de vérifier toutes les informations.

La technologie blockchain permet en effet de stocker des données quasiment infalsifiables, et traçables, c’est donc un système particulièrement transparent, et tout à fait décentralisé, sans jamais passer par un intermédiaire. Avant la blockchain, il était impossible de transférer de la monnaie sans intermédiaire, une banque par exemple. La blockchain apporte donc une manière d’échanger de l’argent de manière totalement inédite.

Mais la technologie blockchain de bitcoin reste encore assez peu connue et surtout mal maîtrisée par des acteurs qui peinent à se former sur le sujet. Pour le grand public, tout cela reste donc encore assez obscur. De plus, l’un des plus gros problèmes de cette technologie, est qu’elle est extrêmement énergivore. Si des tentatives émergent pour réduire la facture énergétique liée au fonctionnement du réseau bitcoin, il reste encore aujourd’hui un domaine véritablement polluant. En effet, pour apporter la preuve de travail, des milliers d’ordinateurs fonctionnent à plein régime.

La blockchain de bitcoin est une technologie que certains appellent révolutionnaire, qui aura certainement dans un futur proche des applications dans les domaines de la banque et de l’assurance notamment. Cependant, il y a encore de nombreuses choses à améliorer afin de permettre une diffusion à grande échelle de cette technologie.

À lire aussi : La FED va prendre en compte le Bitcoin dans ses tests de résistance économique

Comments (No)

Leave a Reply