On vous explique si le bitcoin est une monnaie au même titre que l’euro

Le Bitcoin offre un moyen efficace de transférer de l’argent sur Internet et est contrôlé par un réseau décentralisé avec un ensemble transparent de règles. C’est donc une alternative intéressante à la monnaie fiduciaire contrôlée par les banques centrales.

Parmi les principales questions que l’on peut se poser sur le bitcoin, celle de savoir comment est calculée sa valeur est certainement la plus importante. C’est d’autant plus crucial si cette crypto-monnaie venait à être adoptée plus massivement.

Cependant, il est tout d’abord utile de revenir sur une étape antérieure à cette question. Le bitcoin et d’autres monnaies numériques ont été présentés comme des alternatives à la monnaie fiduciaire. Mais est-ce vraiment une monnaie. Et comment est évaluée sa valeur.

Les bases du Bitcoin

Le Bitcoin est une forme de «monnaie» numérique. Il est créé et stocké électroniquement sur un ordinateur. Les bitcoins ne sont pas une monnaie fiduciaire papier classique comme le dollar, l’euro ou le yen. Ces dernières sont en effet émises par les banques centrales ou les autorités monétaires. Le Bitcoin est le premier exemple d’une crypto-monnaie, qui est produite par des particuliers et des entreprises du monde entier à l’aide d’un logiciel informatique avancé qui résout les problèmes mathématiques.

Faut-il faire ses achats en bitcoin ?

Satoshi Nakamoto a d’abord proposé le Bitcoin comme moyen de paiement basé sur les mathématiques. Le Bitcoin est un mode de paiement ou de transfert de valeur indépendant des autorités gouvernementales telles que les banques centrales qui contrôlent traditionnellement la masse monétaire et la disponibilité de devises sur le marché mondial. À bien des égards, le Bitcoin est un moyen d’échange global. Les transferts sont effectués via un ordinateur, de manière automatique et avec de faibles frais de transaction. Le Bitcoin ne passe pas par le système bancaire traditionnel; il passe plutôt d’un portefeuille électronique à un autre.

Un actif fixe

Le Bitcoin est un actif fixe. Il n’y a que 21 millions de pièces au total. La résolution des problèmes mathématiques avancés entraîne l’extraction de Bitcoins. Cependant, le Bitcoin est divisible, de sorte que le potentiel de croissance du support d’échange est illimité.

L’une des inventions les plus intéressantes associées au Bitcoin est la blockchain ou la technologie de registre distribué (DLT). La DLT a un potentiel incroyable en ce qui concerne les opérations traditionnelles et les ramifications de règlement pour les entreprises des secteurs financiers, mais aussi bien d’autres secteurs comme l’agriculture ou la santé.

Le Bitcoin a également plusieurs caractéristiques qui le distinguent des devises traditionnelles comme moyen d’échange mondial. Les banques centrales ou les autorités monétaires ne contrôlent pas le nombre de Bitcoins. Il est décentralisé, ce qui le rend mondial. Le Bitcoin est aussi anonyme; vous n’avez pas besoin de divulguer d’informations personnelles pour acheter et utiliser des bitcoins.

Les transferts de Bitcoin sont immédiats et une fois effectués, ils sont définitifs. Dans le même temps, les frais sont limités et les transferts internationaux et nationaux ne sont pas soumis aux taux de change et aux frais de transfert. Il n’y a donc pas de frontières en matière de Bitcoin, ce qui le distingue considérablement des autres monnaies fiduciaires.

Le Bitcoin est-il une monnaie?

Il y a beaucoup de débat sur la question de savoir si le Bitcoin est une monnaie. Le dictionnaire définit la monnaie comme:

  • Un moyen d’échange permettant la circulation de biens et services et utilisé/accepté de manière générale;
  • Un bien tangible (comme des pièces de monnaie, des billets de trésorerie et des billets de banque) qui est en circulation comme moyen d’échange;
  • Ou encore un papier-monnaie en circulation;
  • Un article utilisé pour le troc
  • Un moyen d’expression verbale ou intellectuelle

La définition officielle de la monnaie peut nous laisser confus quant à savoir si le Bitcoin est une monnaie ou non. Après tout, il répond certainement à certaines des caractéristiques de cette définition, mais pas à d’autres.
En septembre 2015, la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) aux États-Unis a officiellement désigné le Bitcoin comme une marchandise et non une monnaie.

Le Bitcoin est-il un bien/marchandise ?

La désignation de la CFTC est venue apporter une réponse à l’échange de bitcoins sous forme de contrats dérivés ou d’options sur la valeur de la crypto-monnaie. Cependant, le Bitcoin est l’un de ces actifs qui ne correspond à aucune définition et transforme notre compréhension historique de ce qu’est une monnaie.

Le bitcoin est-il une monnaie : notre réponse et explications simples.

Tout au long de l’histoire, de nombreux produits manufacturés ont servi de monnaie. Les meilleurs exemples sont probablement l’or et l’argent. L’or et l’argent n’étaient pas seulement utilisés comme moyen d’échange, ou devises pendant des milliers d’années. Ils soutenaient également de nombreuses monnaies papier à travers le monde jusqu’à récemment. Par conséquent, l’or et l’argent peuvent être considérés comme appartenant à la même catégorie que le Bitcoin.

De plus, au cours de l’histoire, le sel a servi de moyen d’échange. Plus récemment, les cigarettes ou les jeans ont été utilisés comme monnaie dans certaines régions du monde. Comme vous pouvez le voir, la classification du Bitcoin en tant que marchandise est à la fois douteuse et compréhensible, à la fois.

En réalité, ces difficultés à définir le bitcoin s’expliquent du fait de sa nouveauté et de la manière dont il a disrupté la finance mondiale.

Le bitcoin : une monnaie du fait de sa valeur ?

La monnaie est utilisable si elle est une réserve de valeur. Ou, autrement dit, si elle peut être fiable pour maintenir sa valeur relative dans le temps et sans se déprécier. Dans de nombreuses sociétés à travers l’histoire, les produits de base ou les métaux précieux ont été utilisés comme moyens de paiement car ils étaient considérés comme ayant une valeur relativement stable.

Plutôt que d’exiger des individus qu’ils transportent des quantités considérables de fèves de cacao, d’or ou d’autres premières formes de monnaie, les sociétés se sont finalement tournées vers la monnaie frappée comme alternative. Elle faisait donc office de réserve pour des valeur fiables.

À l’ère moderne, les monnaies frappées prennent souvent la forme de papier-monnaie, qui n’a pas la même valeur intrinsèque que les pièces en métaux précieux. Désormais, nous utilisons également la monnaie électronique et les méthodes de paiement virtuelles. Cependant, alors que les pays ont abandonné l’étalon-or dans un effort pour réduire les inquiétudes concernant les ruptures sur les réserves d’or fédérales, de nombreuses devises mondiales sont désormais classées comme fiduciaires.

La monnaie fiduciaire est émise par un gouvernement et n’est soutenue par aucune marchandise. Mais plutôt par la conviction que les individus et les gouvernements ont que chaque partie acceptera cette monnaie. Aujourd’hui, la plupart des principales devises mondiales sont fiduciaires. De nombreux gouvernements et sociétés ont constaté que la monnaie fiduciaire est la plus durable et la moins susceptible de perdre de la valeur au fil du temps.

Rareté, divisibilité, utilité et transférabilité

Hormis la question de savoir s’il s’agit d’une réserve de valeur, une monnaie doit également satisfaire aux critères de rareté, de divisibilité, d’utilité et de transférabilité.

La rareté

La clé du maintien de la valeur d’une devise est son approvisionnement. Une masse monétaire trop importante pourrait provoquer une flambée des prix des biens, entraînant un effondrement économique. Une masse monétaire trop faible peut également entraîner des problèmes économiques.

Lorsque Bitcoin a été lancé en 2009, son ou ses développeurs ont stipulé dans le protocole que la fourniture de tokens serait plafonnée à 21 millions. Pour donner un peu de contexte, l’offre actuelle de bitcoin est d’environ 18 millions, le taux de libération de Bitcoin diminue de moitié environ tous les quatre ans, et l’offre devrait dépasser les 19 millions en 2022. Cela suppose que le protocole n’a pas changé.

Quelle est la valeur du bitcoin ?

L’approche de l’offre que le Bitcoin a adoptée est différente de la plupart des monnaies fiduciaires. La masse monétaire fiduciaire mondiale est souvent considérée comme divisée en différents compartiments, M0, M1, M2 et M3. M0 fait référence à la monnaie en circulation. M1 aux dépôts à vue comme les comptes chèques. M2 aux comptes d’épargne et aux petits dépôts à terme et M3 aux grands dépôts à terme et aux fonds du marché monétaire.

Dans le cadre de leur politique monétaire, la plupart des gouvernements maintiennent une certaine flexibilité dans le contrôle de l’offre de devises en circulation, ajustements en fonction de facteurs économiques. Ce n’est pas le cas avec le Bitcoin.

La divisibilité

Les devises reconnues comme telles sont divisibles en unités incrémentales plus petites. Pour qu’un système de monnaie unique fonctionne comme un moyen d’échange entre tous les types de biens et de valeurs au sein d’une économie, il doit avoir la flexibilité associée à cette divisibilité. La monnaie doit être suffisamment divisible pour refléter avec précision la valeur de chaque bien ou service disponible dans l’ensemble de l’économie.

Si 21 millions de Bitcoins sont largement inférieurs à la circulation de la plupart des monnaies fiduciaires dans le monde, le Bitcoin est divisible jusqu’à 8 décimales. La plus petite unité, égale à 0,00000001 Bitcoin, est appelée « Satoshi » (en hommage au créateur de la crypto-monnaie). Cela permet à des quadrillions d’unités individuelles de Satoshis d’être distribués dans une économie mondiale.

Le caractère utilitaire

Une monnaie doit avoir une utilité pour être efficace. Les particuliers doivent pouvoir échanger de manière fiable des unités de la monnaie contre des biens et des services. C’est une des principales raisons pour lesquelles les monnaies se sont développées.

L’utilitaire nécessite également que les devises soient facilement transférables d’un endroit à un autre. Les métaux précieux et les produits de base onéreux ne remplissent pas facilement cette condition.

L’un des principaux arguments de vente de Bitcoin a été son utilisation de la technologie blockchain. La blockchain est un système de données distribué qui est décentralisé et qui ne repose pas sur la confiance. Ce qui signifie qu’aucune partie prenant part au marché du Bitcoin n’a besoin d’établir une confiance mutuelle pour que le système fonctionne correctement. Cela est possible grâce à un système élaboré de contrôles et de vérifications qui est au cœur de la maintenance du grand livre et de l’extraction de nouveaux Bitcoins. Mieux encore, la flexibilité de la technologie blockchain signifie qu’elle a également une utilité en dehors de l’espace des crypto-monnaies.

La transférabilité

Les devises doivent, pour finir, être facilement transférées entre les participants d’une économie pour être utiles. En termes de monnaie fiduciaire, cela signifie que les unités monétaires doivent être transférables au sein de l’économie d’un pays particulier ainsi qu’entre nations.

Grâce aux échanges de crypto-monnaie, aux portefeuilles électroniques (comme Coinbase, ou encore eToro) et à d’autres outils, le Bitcoin est transférable entre les différentes parties. Cependant, il faut de grandes quantités d’électricité pour extraire du Bitcoin, maintenir la blockchain et traiter les transactions numériques. Et les individus ne détiennent généralement aucune représentation physique de Bitcoin dans ce processus.

Quels défis le bitcoin doit-il relever pour être considéré comme une monnaie ?

L’un des plus grands problèmes que nous pouvons soulever ici est le statut du Bitcoin en tant que réserve de valeur. L’utilité de Bitcoin en tant que réserve de valeur dépend de son utilité en tant que moyen d’échange. Nous basons cela à son tour sur l’hypothèse que pour qu’un bien (matériel ou numérique) soit utilisé comme réserve de valeur, il doit avoir une valeur intrinsèque.

Comment acheter et vendre du bitcoin ?

Donc si le Bitcoin ne parvient pas à s’imposer comme moyen d’échange, il n’aura aucune utilité pratique et ne sera pas attrayant en tant que réserve de valeur. Comme les monnaies fiduciaires, le Bitcoin n’est soutenu par aucun produit physique ou métal précieux. Tout au long de son histoire, la valeur actuelle de Bitcoin a été principalement motivée par un intérêt spéculatif. Le Bitcoin a présenté les caractéristiques d’une bulle avec des hausses de prix drastiques et un engouement lui aussi très variable.

L’utilité et la transférabilité du Bitcoin sont également mises à l’épreuve par les difficultés entourant les espaces de stockage et d’échange de crypto-monnaie. Ces dernières années, les échanges de devises numériques ont été la proie des hackers, des vols et des fraudes. Bien sûr, des vols se produisent également dans le monde des monnaies fiduciaires. Dans ces cas, cependant, la réglementation est beaucoup plus établie, offrant des moyens de réparation un peu plus simples.

Un actif plutôt qu’une monnaie

Le bitcoin et les crypto-monnaies de manière plus large sont toujours considérés comme le nouveau « Far West » en matière de réglementation. Différents gouvernements voient le Bitcoin de manières radicalement différentes, et les répercussions sur l’adoption du Bitcoin en tant que monnaie mondiale sont considérables.

Compte tenu de ces inconvénients, les seules raisons de posséder des Bitcoins ne sont pas de les utiliser comme monnaie, mais de spéculer sur leur valeur d’actif. Ou de les utiliser pour protéger d’autres transactions. Sans valeur stable, le Bitcoin ne peut pas vraiment être une monnaie. Il s’agit plutôt d’un actif de base que l’on négocie, comme l’or ou l’argent, dans l’espoir que sa valeur augmentera et permettra un profit commercial.

Pour aller plus loin, découvrez également nos avis sur Coinhouse et Kraken.

Comments (No)

Leave a Reply